Connue pour ses histoires rocambolesques liées au trafic d’opium à partir des années 1950, la région du triangle d’or offre également de belles opportunités de visite : pourquoi ne pas les découvrir ?

CARTE DES LIEUX

SOMMAIRE

CARNET DE VOYAGE
CULTURE LOCALE

BON À SAVOIR
L’OPIUM DU PEUPLE

INFORMATIONS PRATIQUES
ACCESSIBILITÉ
ACTIVITÉS
TARIFS
HÉBERGEMENT
FRÉQUENTATION
AUTHENTICITÉ

ITINÉRAIRE
QUE FAIRE AUX ALENTOURS

CARNET DE VOYAGE

CULTURE LOCALE

À mesure que nous nous engagions plus en avant dans notre périple, la route ne semblait plus vouloir s’arrêter de monter. Les plaines verdoyantes du triangle d’or avaient fini par céder leur place à des pentes plus escarpées recouvertes de végétation rase. Fini la chaleur écrasante de la zone frontalière nord, la région montagneuse à l’est de Chiang Rai nous ouvrait à présent les bras. Les montagnes qui se tenaient désormais devant nous n’étaient pourtant pas particulièrement hautes mais leurs sommets escarpés découpaient le ciel avec une certaine majesté.

 » S’y aventurer c’est s’imprégner de modes de vie ancestraux aux multiples formes et couleurs. »

Les montagnes de la région sont le lieu de vie de nombreuses ethnies thaïs plusieurs fois centenaires aux us et coutumes incroyablement préservées. S’y aventurer c’est s’imprégner de modes de vie ancestraux aux multiples formes et couleurs. Les routes peu fréquentées sillonnant les innombrables versants font la part belle aux terres agricoles et à la culture traditionnelle qui leur est rattachée. À cheval sur notre petite cylindrée, rien n’aurait pu surpasser le plaisir simple de s’évader sur les innombrables chemins de traverse que comporte cet itinéraire.

BON À SAVOIR

L’OPIUM DU PEUPLE

Le triangle d’or est actuellement le nom touristique de la zone tri-frontière où Thaïlande, Laos et Birmanie (actuel Myanmar) partagent une bordure commune. Mais ce nom désignait à l’origine une région bien plus vaste connue pour sa production massive d’opium. Si aujourd’hui la partie thaïlandaise du triangle d’or est parfaitement sûre, ce territoire a été le théâtre de nombreux rebondissements liés à un des plus grand trafics de narcotiques de la planète. Pour exemple, le petit village de Ban Hin Taek dans la région de Chiang Rai a été le lieu de résidence d’un redoutable baron de la drogue.

« […] Éradiquer instantanément la production mondiale d’opium contre la modique somme de 210 millions de dollars. »

Khun Sa, surnommé le roi de l’opium est un personnage emblématique de la région à l’histoire tumultueuse. Rentré en Birmanie dans les années 1950 après sa défaite au cours de la guerre civile chinoise, il décide de former sa propre milice et s’allie au gouvernement de l’époque. Alors que ses forces gagnent de l’ampleur, il s’affranchit de toute hiérarchie et se consacre à la gestion de la production d’opium. Rapidement devenu un criminel emblématique recherché de tous, il parviendra à conserver la main mise sur le triangle d’or depuis son lien de résidence en Thaïlande et ce malgré emprisonnement et tentative d’assassinat. Entre 1974 et 1994, 80% de l’opium vendu dans le monde provient de territoires sous son contrôle. Si bien qu’en 1989, il propose au gouvernement américain d’éradiquer instantanément la production mondiale d’opium contre la modique somme de 210 millions de dollars. L’offre sera rejetée mais cette dernière symbolise la main mise de Khun Sa sur le triangle d’or.

INFORMATIONS PRATIQUES

ACCESSIBILITÉ      60/100

Ville moyenne de 60 000 habitants, Chiang Rai est le point de départ idéal pour découvrir, non seulement la zone tri-frontière mais l’ensemble d’une région aux nombreux attraits. Loin perdue au nord, la capitale régionale reste largement accessible à ceux qui en prennent le temps. Bus, avions et bateaux sont autant de moyens pour rallier la ville depuis d’autres destinations phares comme Chiang Mai ou Bangkok.

Par la route : www.greenbusthailand.com/website/en – Green Bus (Anglais)

Le terminal de bus de Chiang Rai est situé en plein centre urbain ce qui facilite l’arrivée en ville. Vous pourrez rallier ce dernier depuis la plupart des grandes villes du pays ainsi que depuis de nombreuses villes de la région. Citons entre autres : Bangkok, Chiang Mai et Lampang.

Par les airs : www.thaiairways.com – Thai Airways

L’aéroport de Chiang Rai est situé à 8 kilomètres au nord de la ville. La compagnie aérienne thaï est particulièrement agréable et permet de rallier l’ensemble des grandes villes du pays ainsi que de nombreuses destinations internationales. N’hésitez pas à envisager l’avion si vous disposez d’un temps limité pour visiter au mieux le pays.

Par les eaux :

La ville de Chiang Rai dispose d’une connexion fluviale avec sa voisine Tha Ton quelques 50 kilomètres au nord-est. La promenade sur la rivière Mae Nam Kok est une excursion des plus agréable qui permet de découvrir d’une manière originale le nord rural.

 

ACTIVITÉS      60/100

Si la ville de Chiang Rai est indéniablement agréable avec sa taille réduite et son atmosphère détendue, vous n’y trouverez que peu d’activités dignes d’un véritable intérêt. La magie de la région opère lorsqu’on la visite avec son propre véhicule : voiture ou moto sont disponibles à la location pour arpenter la boucle que nous vous proposons ici. Prévoyez au moins trois jours pour réaliser cet itinéraire et n’hésitez pas à y consacrer plus de temps en rajoutant de petites étapes au grès de vos pérégrinations.

Chiang Rai : Wat Phra Kaew.

Vous avez sûrement pu apprécier la finesse remarquable du bouddha d’émeraude dans le temple du même nom situé à Bangkok. L’histoire rappelle que cette vénérable statue a en fait été découverte dans les ruines du temple de Chiang Rai après avoir été cachée là pour échapper aux voleurs. A ce moment, la couche de plâtre doré à l’or fin servant à dissimuler la valeur de la statue aurait été partiellement arrachée, révélant la valeur de la sculpture.

Wat Rong Khun : Le temple blanc.

Construit depuis moins de vingt ans, ce temple remarquable est l’œuvre d’un seul homme, un peintre thaï devenu architecte pour l’occasion et ayant une véritable vision. Recouverts de chaux et d’éclats de miroir, les murs du temple scintillent de mille feux et intègrent des éléments de sculpture à l’architecture religieuse classique. De la même manière, les peintures du sanctuaire principal allient des fresques classiques et des personnages modernes appartenant à l’univers de Marvel ou encore de Matrix.

Phu Sang : Parc national.

Le parc national de Phu Sang est connu pour ses chutes d’eau chaudes mais c’est avant tout la porte d’entrée de la chaîne montagneuse séparant la Thaïlande et le Laos. Pour vous y rendre, suivez la direction de Chiang Kham puis remontez vers le nord. L’arrêt est idéal pour se relaxer après la route.

Phu Chi Fa : Point de vue sur le Laos.

Le Phu Chi Fa est un sommet escarpé surplombant le Laos. Facile d’accès par une simple marche d’une heure, la panorama qu’offre le site est tout bonnement somptueux. Tôt le matin, il arrive qu’une mer de nuages baigne les vallées en contrebas. La petite bourgade de Rim Fa Thang à proximité est une excellente option d’hébergement si vous souhaitez passer la nuit.

Lai Ngao : Ville du Mékong.

La route entre le Phu Chi Fa et Lai Ngao est particulièrement agréable car elle longe un affluent du Mékong à travers un décors de vallées et de petits escarpements cultivés. Une fois arrivé, vous pourrez profiter d’une halte bien méritée dans un cadre propice pour se restaurer.

Chiang Khong : Poste frontière.

Longez ensuite le Mékong jusqu’à la ville frontière de Chiang Khong et son poste frontière pour le Laos. Si vous souhaitez traverser vers ce pays, profitez de la ballade pour découvrir les lieux et confirmer les horaires toujours changeantes du poste frontière. Sans grand intérêt, cette petite ville voit passer suffisamment de touristes pour s’être parée de restaurants plus qu’agréables.

Chiang Saen : La tri-frontière.

La petite ville de Chiang Saen est idéale pour se rendre dans la zone où Birmanie, Laos et Thaïlande ont une frontière commune. Le site en lui même, légèrement excentré au nord de la ville, ne possède pas de charme particulier et attire de nombreux touristes. Faites vous votre propre opinion mais ne manquez pas le musée de l’opium ainsi que l’un des nombreux restaurants de la ville donnant sur le Mékong.

Mae Salong : La Chine en Thaïlande.

Proche de la frontière Birmane, ce village est habité par de nombreux ressortissants chinois qui cultivent le thé sur les pentes montagneuses de la région. Frais et ensoleillé durant la saison sèche, le climat de la région est propice à un repos bien mérité après un long trajet. Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire du baron de la drogue Khun Sa, son village de résidence rebaptisé Ban Thoet Thai se trouve à une dizaine de kilomètres au nord de Mae Salong.

TARIFS      70/100

Région reculée si il en est, les sites mentionnés ci-dessus sont accessibles à toutes les bourses. La location d’un scooter à Chiang Rai reste également peu onéreuse et permet de découvrir la région en toute liberté. Relativement touristique auprès des locaux, l’hébergement à proximité du Phu Chi Fa n’est pas le plus économique mais possède un certain charme. Enfin, anticipez des prix un peu plus élevés qu’ailleurs dans la région tri-frontalière car cette dernière attire de nombreux touristes. Dans l’ensemble, l’accès à cette région reste difficile à cause de son éloignement mais une fois sur place, vous profiterez de ses paysages magnifiques sans vous ruiner.

HÉBERGEMENT      50/100

Belle petite ville aux dimensions humaines, Chiang Rai propose son lot d’hébergements de qualité. Comme souvent, les chambres les moins chères se négocient une fois sur place. Voici la liste des hôtel ayant bonne réputation auprès des voyageurs en fonction de votre budget et de vos attentes.

Hébergement petit budget : www.baanbua-guesthouse.com – Baan Bua Guesthouse

Petite pension bien tenue qui comporte une quinzaine de chambres articulées autour d’un beau jardin, la Baan Bua Guesthouse a le mérite de vous loger plus que correctement pour un tarif très respectable. Si vous souhaitez découvrir la région avec un guide local, les gérants de l’auberge savent de quoi ils parlent.

Hébergement rapport qualité prix : Moon and Sun Hotel

Chambres modernes et lumineuses pour ce bel hôtel aux tarifs modérés situé proche du centre ville. Chaque chambre est équipée d’un téléviseur, d’un frigo et de la climatisation. Il s’agit du meilleur rapport qualité prix de la ville.

Hébergement luxueux : www.thelegend-chiangrai.com/fr – The Legend

Luxueux hôtel au nord de la ville proche de la rivière, The Legend offre tout le luxe possible dans ce coin du pays. Salle de sport, salon de beauté et même garderie sont autant d’infrastructures faites pour rendre votre séjour agréable dans ce petit coin de paradis.

FRÉQUENTATION      65/100

Outre la zone tri-frontière qui attire de nombreux cars de touristes, il est agréable de savoir que les alentours de Chiang Rai ne se focalise pas sur le tourisme. En effet, les principales infrastructures pour visiteurs sont concentrées autour du bras de rivière délimitant les territoires de la Thaïlande, du Laos et de la Birmanie (actuel Myanmar). Dans le reste du territoire, observer des authentiques scènes de vie quotidienne est fréquent et autrement plus dépaysant. Cela n’est possible que si vous disposez de votre propre véhicule ou d’un deux roues de location par exemple. Fort heureusement, s’en procurer un est aussi facile qu’économique.

Meilleure saison :

La région subit deux saisons distinctes : une saison sèche et une saison des pluies. Bien évidement, il est conseillé de profiter de la saison sèche de Novembre à Avril pour visiter la Thaïlande, d’autant plus pour s’aventurer sur les routes montagneuses qui peuvent être bloquées à cause des intempéries. Pourtant, le début et la fin de la saison humide autour des mois de mai et d’octobre peuvent permettre d’observer des terres agricoles verdoyantes et une plus grand activité dans les champs. Si vous n’avez pas peur des quelques gouttes quotidiennes que cela implique, n’hésitez pas.

AUTHENTICITÉ      60/100

Plus que la ville de Chiang Rai, au demeurant charmante, c’est la région montagneuse qui l’entoure qui vaut le détour. La majeure partie du tourisme étant concentrée autour de la zone tri-frontalière, le reste du territoire est quasiment exempt de touristes. Les paysages sont pourtant magnifiques et l’authenticité culturelle de la région offre une alternative ou un complément idéal à la visite plus commune des alentours de Chiang Mai plus à l’Ouest. Si vous disposez de suffisamment de temps, n’hésitez pas à partir à l’aventure sur les routes sinueuses qui filent à travers la chaîne montagneuse bordant le Laos.

ITINÉRAIRE

QUE FAIRE AUX ALENTOURS

Chiang Rai : Le triangle d'or
Passage presque obligatoire pour qui souhaite traverser vers le Laos, la région de Chiang Rai offre une expérience sincère du nord thaïlandais. Même si la zone tri-frontière est devenu une attraction touristique sans intérêt majeur, la région montagneuse alentours aux nombreuses exploitations agricoles rattachées à autant d'ethnies locales rendent la visite indispensable.
Accessibilité60%
Activités60%
Tarifs70%
Hébergement50%
Fréquentation65%
Authenticité60%
POUR
  • L'authenticité
  • Les paysages
  • Le Mékong
CONTRE
  • L'éloignement
  • La zone tri-frontière
  • L'accès
61%Note Finale
Note des lecteurs: (1 Vote)
78%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

CommentLuv badge