Au début de la saison sèche, les trous d’eaux des West MacDonnell Ranges sont encore gorgés d’une eau salvatrice. Quand le soleil brûlant assomme les esprits, quel meilleur lieu pour oublier la fatigue ?

CARTE DES LIEUX

SOMMAIRE

CARNET DE VOYAGE
À L’OMBRE DU DÉSERT

BON À SAVOIR
LARAPINTA DREAM

INFORMATIONS PRATIQUES
ACCESSIBILITÉ
ACTIVITÉS
TARIFS
HÉBERGEMENT
FRÉQUENTATION
AUTHENTICITÉ

ITINÉRAIRE
QUE FAIRE AUX ALENTOURS

CARNET DE VOYAGE

    À L’OMBRE DU DÉSERT   

Supporter la chaleur torride de l’outback est un combat de tous les instants. L’absence totale d’humidité dans l’air assèche les lèvres et pique les yeux durant les heures les plus chaudes de la journée. Traverser le désert en véhicule est une épreuve autant mentale que physique et parfois la route semble ne jamais vouloir prendre fin. Les West MacDonnell Ranges se trouvant en plein centre de l’Australie, nous espérions vivement que le site tiendrai ses promesses.

« Lors des premières semaines de la saison sèche, les eaux tombées durant le « Wet » emplissent encore trous d’eau et gorges abritées. »

Lors des premières semaines de la saison sèche, les eaux tombées durant le « Wet » (surnom de la saison humide) emplissent encore trous d’eau et gorges les plus abritées. La longue chaîne de montagne des West MacDonnell Ranges est connue pour receler de nombreuses cavités mais tout dépend des dernières précipitations. Impossible de savoir si les pluies de la saison humide auront été suffisantes pour garantir que nous trouvions les piscines naturelles que nous convoitons tant.

« Nul doute que la lumière du matin éclairant la chaude matinée qui suivit valait toutes les attentes du monde. »

Comme un signe de bonne augure, les reliefs des West MacDonnell Ranges s’étiraient devant nos yeux inquiets, parés de végétation rase aux teintes verdoyantes. Sur les nombreuses possibilités offertes au baigneur au bord de la déshydratation, nous sommes parvenus à tenir jusqu’aux gorges d’Ormiston connues pour leur beauté. En vérité nous n’avions pas l’intention de plonger à l’eau dès notre arrivée car il faisait nuit noire en cette heure tardive. Nul doute que la lumière du matin éclairant la chaude matinée qui suivit valait toutes les attentes du monde.

BON À SAVOIR

    LARAPINTA DREAM   

Connus depuis l’aube des temps, de nombreux sites blottis entre les crêtes des West MacDonnell Ranges sont d’une grande signification pour les aborigènes Aranda. Les visites touristiques étant autorisées depuis les années 1990, un grand circuit de randonné a été tracé en suivant la montagne. Longue de plus de 220 kilomètres, la marche la plus exigeante des Territoires du Nord relie les principaux sites culturels et points d’eau entre Alice Springs et le mont Sonders.

« Longue de 220 kilomètres, la marche la plus exigeante des Territoires du Nord relie Alice Springs et le mont Sonders. »

Si aujourd’hui le sentier est extrêmement bien balisé et les points de ravitaillement fréquents, il existait une époque pas si lointaine où ces montagnes pouvaient paraitre interminables. Les 45°C pouvant être atteints sur le parcours durant les heures chaudes suffisaient à décourager tout marcheur si, en certains endroits, des réserves d’eau n’avaient pas été installées. Pourtant, en 2006, le belge Louis-Philippe Loncke a réalisé la première traversée des West MacDonnell Ranges sans assistance et sans ravitaillement.

INFORMATIONS PRATIQUES

ACCESSIBILITÉ        35/100    

Relativement proches d’Alice Springs, les West MacDonnell Ranges sont plus accessibles que de nombreux sites à travers l’outback. L’aéroport de la ville étant relié à la majeure partie des grandes métropoles côtières, vous pourrez vous y rendre par les airs en quelques heures à peine. Alice Springs étant également une escale pour le train ou le bus vous pourrez y faire arrêt quelque soit votre moyen de transport. Une fois sur place, un véhicule reste nécessaire pour rallier le parc national. Cependant, la route en majeure partie goudronnée permet d’accéder aux différents points d’intérêt sans problèmes.

Par la route : www.greyhound.com.au – Greyhound Bus (Anglais)

Alice Springs est située sur la « Stuart highway » quelque part en plein centre du pays. Etant une des villes principales du bush, elle sera indiquée plusieurs centaines de kilomètres en avance. Pour se rendre dans les West MacDonnell Ranges, il faut rouler vers l’ouest à partir de la ville. La route principale dans cette direction est la « Larapinta drive » qui devient rapidement la « Namatjira drive » serpentant sur l’ensemble du parc. Si vous ne disposez pas de votre propre transport, le bus traversant le désert vous déposera à Alice Springs et vous pourrez réserver un véhicule de location.

Par le rail : www.greatsouthernrail.com.au – Great Southern Rail (Anglais)

Le Ghan est un train mythique qui traverse l’Australie du nord au sud en passant par Alice Springs où il est facile de s’arrêter. Vous devrez encore combiner cette option avec un véhicule de location pour vous rendre jusqu’aux West MacDonnell Ranges. Prévoyez également l’hébergement en fonction des horaires du train et des locations disponibles.

Par les airs : www.qantas.com.au – Quantas Airlines (Anglais)

L’avion est sans doute le moyen le plus efficace et sans aucun doute le moins pénible de se rendre à Alice Springs. La ville est accessible depuis toutes les grandes villes australiennes. Un transport sur place sera ensuite nécessaire même si une navette gratuite relie l’aéroport et la ville. Attention au prix des billets durant les vacances scolaires australiennes.

    ACTIVITÉS           55/100   

Les West MacDonnell Ranges ne proposent que des randonnées, des campings et des ballades en véhicule. Le décor de terre semi-aride à l’infini est particulièrement grandiose car de nombreuses sections montagneuses viennent entrecouper le néant du désert. Au début de la saison sèche, il est également possible de nager dans les gorges encore remplies d’eau. Le climat de la région est toujours très sec et la chaleur peut parfois rendre fou. Munissez vous toujours d’équipement de protection solaire approprié pour partir marcher. Prendre ses propres réserves d’eau est indispensable ici comme partout ailleurs dans le désert.

Routes, randonnées et camping : Carte du parc national (Anglais)

L’essentiel des randonnées proposées part de la plaine et rejoint un ou plusieurs trous d’eau dans la montagne et passant par des gorges ou des crêtes remarquables. Les options de camping sont nombreuses et détaillées dans notre carte et dans celle du parc. Un séjour de quelques jours dans le parc s’envisage parfaitement si vous disposez d’un camping car ou d’un van aménagé.

Simpsons Gap : Carte de Simpsons Gap (Anglais)

Cette impressionnante gorge de pierre ocre est l’attraction le plus proche d’Alice Springs. Vous pourrez vous rendre quasiment jusqu’au Simpsons Gap avec votre véhicule mais une piste cyclable parallèle à la route est aussi une possibilité intéressante. Sur le chemin, de nombreux points de vue et départs de marches sont accessibles.

Ellery Creek Big Hole : Carte de Ellery Creek Big Hole (anglais)

Connu pour sa grande capacité en eau, le « waterhole » de Ellery Creek est sûrement votre meilleure chance de trouver de l’eau et de piquer une tête dans la région. La marche depuis le parking est courte et accessible aux fauteuils roulants. Soyez tout de même prudent en rentrant dans l’eau car la température peut être froide en comparaison avec l’air extérieur suffocant.

Ocher Pits :

Connus des aborigènes, ces filons d’ocres multicolores sont une curiosité à ne pas rater sur le bord de la route. Servant à la peinture des corps comme des tableaux, les pigments minéraux que l’on peut trouver en ce lieu sont utilisés depuis des millénaires.

Ormiston Gorge : Carte de Ormiston Gorge (Anglais)

Site de camping agréable, les gorges d’Ormiston sont surtout connues pour leur faune et leur flore magnifique. Entre perroquet et wallaby des rocheuses, vous pourrez admirer la nature sauvage du bush le long d’une superbe marche de 8,5 kilomètres. Ayant eut la chance de la parcourir au petit matin quand les animaux sont les plus actifs, nous ne pouvons que conseiller cet endroit magique. Le « Ghost Gum Lookout » notamment est un point de vue des plus photogéniques au matin.

Mount Sonders Lookout : 

Ce point de vue donnant sur le mont Sonders est connu pour avoir inspiré le peintre Namatjira (qui a donné son nom à la route), véritable icône aborigène de la peinture de paysage du début du XXème siècle. Situé au bord de la route principale, c’est un arrêt à ne pas manquer.

Redbank Gorge : Carte de Redbank Gorge (Anglais)

Plus difficile d’accès car au bout d’une piste en terre, la gorge de Redbank est beaucoup moins fréquentée. N’hésitez pas à vous isoler du monde dans cet endroit incroyable si le coeur vous en dit. Toutefois, vous vous engagez vers les limites ouest du parc et commencez à vous éloigner significativement d’Alice Springs. Un véhicule fiable et un équipement approprié (plaque de désensablement / supplément d’essence / téléphone satellite) peuvent s’avérer importants.

Larapinta Trail :

Connue pour être une des marches les plus exigeante du pays, cette grande randonnée traverse le parc d’ouest en est et rallie Alice Springs en plus de 230 kilomètres. Pour un descriptif détaillé de ce véritable chemin de forçat, rendez-vous au centre d’information d’Alice Springs ou de Simpsons Gap. Dans un lieu où des températures maximum de 45°C ne sont pas surprenantes, les quelques points artificiels sur la route seront votre seule chance de traverser le parc.

    TARIFS           65/100   

Accéder au lieu est entièrement libre ce qui est tout bonnement incroyable quand on voit l’ensemble des infrastructures proposées et la qualité des informations proposées aux visiteurs. Seul le camping est payant dans le parc mais les sommes sont dérisoires en comparaison à un réveil entouré des West MacDonnell Ranges.

    HÉBERGEMENT           30/100   

Deux catégories d’hébergement sont disponibles sur le parc: le camping et un petit motel-camping au détour de la route. Pour profiter de ce parc réservé à la nature immaculée, ces hébergements sont parfaits. Toutefois le confort ne doit pas être votre préoccupation principale si vous vous aventurez dans cette terre sauvage pourtant magnifique.

Camping :

Les emplacements de camping au sein du parc sont nombreux. Vous pouvez trouver leur liste exhaustive sur la carte du parc national ci-dessus ou vous reporter à notre carte interactive au début de ce carnet de voyage. Compris entre 3 et 15 dollars en fonction du type de véhicule et du nombre de passagers, ces campings sont tous sommaires mais corrects. Notez toutefois que le camping de l’Ormiston gorge est le plus équipé avec douches et barbecues en supplément.

Glen Helen Resort :

Proposant des chambres simples ou doubles et des dortoirs, en plus de quelques espaces de camping équipés, ce petit motel est construit devant un paysage magnifique. Un restaurant servant une cuisine locale plutôt qualitative est un plus indéniable. Comptez 20 dollars pour un emplacement de camping ou une place en dortoir et 60 à 80 pour une chambre privative. Les plats du restaurant coûtent entre 25 et 30 dollars.

    FRÉQUENTATION           65/100   

Plus fréquenté durant les mois d’hiver, le parc des West MacDonnell Ranges est plutôt couru des australiens. Leur véritable culture du voyage en camping-car rend l’expérience facile et franchement pittoresque. Attendez-vous à croiser plus de monde durant les vacances scolaires mais cela peut aussi engendrer plus de belles rencontres car l’hospitalité des australiens n’est plus à démontrer pour peu que vous parliez anglais.

Meilleure saison :

En été, la région peut être d’un chaleur écrasante. Pour l’hémisphère sud, les mois les plus chaud s’étendent de Novembre à Mars. Visiter le parc est bien plus supportable entre Avril et Juillet qu’en plein mois de Janvier. Entre Aout et Octobre, les températures restent tolérables mais les mouches peuvent être vraiment agaçantes. En toute saison, prévoyez un filet sur un couvre chef pour vous protéger le visage.

    AUTHENTICITÉ           70/100   

Vaste étendue de nature sauvage aux couleurs irréelles, les West MacDonnell Ranges sont un lieu particulier à plus d’un titre. N’y cherchez pas le grandiose mais plutôt la sereine beauté du bush à perte de vue. Relativement peu visité à cause d’un isolement certain, le parc reste une expérience mémorable pour tout voyageur qui a pu se rafraichir dans les trous d’eau de la région après une longue route.

ITINÉRAIRE

    QUE FAIRE AUX ALENTOURS   

West MacDonnell Ranges : Oasis et désert
Comme une oasis au milieu du désert, les West MacDonnell Ranges permettent aux voyageurs traversant le grand centre rouge de ne pas céder à la folie. La chaleur et les heures de conduite interminables disparaissent comme lavés par les dernières eaux de la saison des pluies encore cachées dans les trous d'eau. Plus qu'un spectacle unique, c'est avant tout la nature vierge et saisissante qu'offre le parc national.
Accessibilité35%
Activités55%
Tarifs65%
Hébergement30%
Fréquentation65%
Authenticité70%
POUR
  • Les piscines naturelles
  • La beauté du bush
  • La gorde d'Ormiston
CONTRE
  • La chaleur étouffante
  • L'isolement du parc
  • Devoir repartir
53%Note Finale
Note des lecteurs: (0 Votes)
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

CommentLuv badge