A l’extrême nord de l’Australie, existe un lieu d’une rare beauté naturelle où l’histoire humaine s’écrit depuis des millénaires. Quels enjeux majeurs entourent le fantastique Kakadu National Park ?

CARTE DES LIEUX

SOMMAIRE

CARNET DE VOYAGE
TERREAU DE LA VIE

BON À SAVOIR
LE CHOIX D’UN HOMME LIBRE

INFORMATIONS PRATIQUES
ACCESSIBILITÉ
ACTIVITÉS
TARIFS
HÉBERGEMENT
FRÉQUENTATION
AUTHENTICITÉ

ITINÉRAIRE
QUE FAIRE AUX ALENTOURS

CARNET DE VOYAGE

   TERREAU DE LA VIE   

Une terre ancestrale : voilà l’impression que donne immédiatement le Kakadu National Park. Comme si l’âge vénérable de ses arbres s’accordait visiblement avec les plis rocheux immuables de ses falaises. Nous venions d’arriver dans le lieu regroupant la plus vaste diversité d’animaux et de plantes du pays, où plusieurs dizaines d’écosystèmes propres au continent austral sont regroupés sur la superficie d’une petite région française. Depuis la jungle primaire jusqu’aux interminables marais en passant par les innombrables cascades avec vue sur la plaine, les paysages s’y succèdent à une vitesse effarante. Seul point commun : leur surprenante beauté et l’impression qu’ici, peut-être, auraient pu survivre des reptiles géants appartenant à un lointain passé.

« […] Et l’impression qu’ici, peut-être, auraient pu survivre des reptiles géants appartenant à un lointain passé »

Si nous gardons un souvenir impérissable de cet endroit c’est peut-être car se baigner dans des bassins à débordement offrant une vue panoramique sur la plaine depuis le sommet d’une cascade haute d’une centaine de mètres est une expérience indéniablement marquante. Ou peut-être est-ce les nombreux problèmes mécaniques qui nous ont poussés à prendre la route de nuit pour se retrouver nez à nez avec un buffle d’eau aux cornes larges comme notre véhicule. Que ce soit la force magnétique presque magique des fresques aborigènes ou l’enfer que nous ont fait vivre les innombrables nuées de moustiques le soir tombé, rien ne nous fera oublier le sentiment d’aventure que procure le Kakadu National park.

BON À SAVOIR

    LE CHOIX D’UN HOMME LIBRE   

Depuis le milieu des années cinquante et la découverte d’uranium sur les terres d’Arnhem au nord de l’Australie, l’activité minière s’est progressivement développée jusqu’à son avènement et l’implantation de la mine « Ranger » en 1980. Curieusement, lors la création du parc l’année suivante, les terres utilisées pour l’activité minière ont été exclues de son enceinte bien que situées en son centre. Depuis, près de 150 entorses à la règlementation minière ont déjà été constatées et l’UNESCO envisage de changer le statut de ce site classé afin d’attirer l’attention sur sa mise en danger.

« […] Jeffrey Lee a renoncé à plusieurs millions de dollars au nom de la santé de ses descendants. »

Un autre conflit d’opinion éclata lorsque la firme française AREVA découvrit un gisement potentiel en bordure du parc. Ces terres étant la propriété légale des tribus aborigènes locales depuis leur restitution dans les années quatre-vingt, ceux-ci se virent offrir des propositions de partenariat presque indécentes. Pourtant « Jeffrey Lee », aîné du clan Djok, et, à ce titre, propriétaire traditionnel fait le choix courageux d’offrir ses terres au gouvernement australien à condition qu’elles soit protégées au sein du Kakadu National Park. En mettant définitivement fin aux convoitises de nombreux groupes d’exploitation, « Jeffrey Lee » a également renoncé à plusieurs millions de dollars au nom de la santé de ses descendants.

INFORMATIONS PRATIQUES

ACCESSIBILITÉ        60/100    

Le Kakadu National Park, situé dans le « Top End » australien est facilement accessible depuis Darwin et se trouve au bout d’une route goudronnée longue d’environ trois heures pour rallier Jabiru et quatre pour le village plus agréable de Cooinda. Si vous avez entrepris la traversée du désert et que vous venez de Katherine : la route dans l’autre sens dure environ trois heures pour rejoindre Cooinda et quatre pour aller jusqu’à Jabiru et a le mérite d’être praticable toute l’année.

Par la route : www.greyhound.com.au – Greyhound Bus (Anglais)

Des bus relient Jabiru et Cooinda avec les villes plus importantes de Darwin et Katherine. Pourtant, dans le Kakadu National Park, plus qu’ailleurs encore, il est préférable d’avoir son propre véhicule quitte à en louer un à Darwin. En effet, les sites d’intérêt sont relativement espacés au sein de ce parc grand comme la région Picardie. De plus, la plupart des activités proposées sont en plein air et peuvent demander plus ou moins de temps en fonction de vos aptitudes physiques et de vos envies.

 

    ACTIVITÉS           90/100   

Le Kakadu National Park propose de nombreuses activités de plein air. En plus de la randonnée et du camping, la baignade est particulièrement agréable dans cette région chaude et humide. Cependant, il est particulièrement déconseillé de se baigner dans la majeure partie des trous d’eau car la présence de crocodiles de mer, dangereux pour l’homme, n’est pas inhabituelle. La règle générale est de toujours se baigner en amont d’une cascade ou d’un escarpement rocheux empêchant la remontée des mortelles créatures. Fiez-vous toujours à la signalisation plutôt qu’aux autres usagers et n’hésitez pas à demander aux autorités locales avant d’entreprendre toute activité aquatique. Pour les amateurs d’observation animalière, le Kakadu National Park regorge d’oiseaux et de nombreuses variétés de mammifères et autres reptiles. Enfin, aucun autre endroit en Australie n’égale ce territoire pour admirer de splendides fresques aborigènes.

Kakadu National Park : Carte du parc (Anglais)

Mary River : Bassins et cascades.

  • GUNLOM : Sûrement plus imposante que sa voisine, la cascade de Gunlom est particulièrement haute mais ce sont les bassins au sommet de celle-ci qui sont notre véritable coup de cœur du parc. En effet, le sentier escarpé du « Waterfall Walk » mène au sommet de la cascade en une heure environ. De là, l’eau transite en bassins successifs pour se jeter du haut de la cascade. Depuis ces piscines à débordement naturelles, la vue sur la vallée est tout simplement incroyable.

East Alligator : Peintures rupestres et terres humides.

  • UBIRR : Les immenses fresques aborigènes qui parsèment le lieu sont autant de raison de monter jusqu’au nord-est du Kakadu National Park. Réalisées avec une technique particulière, ces représentations de poissons, tortues et autres kangourous montrent à la fois la forme générale de l’animal et son anatomie interne.
  • NARDAB : A quelques centaines de mètres à peine, un sentier permet d’atteindre un petit escarpement rocheux qui offre une vue imprenable sur les immenses étendues de marécage en contre-bas. Le reflet du ciel au soir dans l’eau stagnante est un spectacle merveilleux.

Jabiru : Centre administratif du parc.

Construit à l’origine pour servir de base aux travailleurs de la mine d’uranium, il s’agit de la seule véritable zone urbaine à l’intérieur du parc. En plus d’y trouver banques, commerces, ainsi qu’un centre médical, la bourgade dispose d’une piscine qui peut réjouir ceux pour qui l’éventuelle présence des crocodiles aurait limité les envies de baignade. Le centre des visiteurs de Bowali est particulièrement bien conçu pour qui souhaite en apprendre plus sur la culture aborigène. Acheter les permis d’entrée au Kakadu National Park y est également possible. La seule piste d’atterrissage du parc est également à proximité de Jabiru et des visites du parc en hélicoptère peuvent être organisées moyennant un prix important.

Nourlangie : Falaises peintes.

  • ANBANGBANG : Deux kilomètres de marche environ mènent à cette falaise peinte des scènes culturelles aborigènes les plus détaillées du pays. Bien que restaurées au milieu du siècle dernier, elles n’en restent pas moins un témoignage d’une culture ancestrale fascinante.
  • GUNWARDDEHWARDE : Non loin de là, un sentier mène à un point de vue sur l’imposante falaise aux tons ocres qui s’élance au-dessus de la jungle. Cette paroi rocheuse est la continuité de la falaise séparant la terre d’Arnhem et le Kakadu National Park.

Yellow Water : www.gagudju-dreaming.com – Site de croisières (Anglais)

L’intérêt principal de la petite bourgade de Cooinda est avant tout son centre culturel aux belles expositions d’objet aborigènes. La présence d’un petit bar et d’un restaurant basique en font une étape agréable durant les heures chaudes de la journée. De plus, il est possible de réaliser des croisières sur la South Alligator River depuis cet endroit. Les billets pour ce qui pourrait bien être la meilleure excursion en groupe du parc sont disponibles au Gagudju Cooinda Lodge. Départs toute la journée pour une somme avoisinant les 50$. Nous vous recommandons d’arriver très tôt pour avoir plus de chances d’observer la faune.

Jim Jim : Chutes spectaculaires.

  • JIM JIM FALLS : Hautes de plus de 200 mètres, les Jim Jim Falls sont spectaculaires. Mais leur accès n’est possible qu’avec un véhicule tout terrain et seulement durant la saison sèche. Au plus fort des grandes chaleurs, l’eau y est quasiment inexistante.
  • TWIN FALLS : La double chute d’eau des Twin Falls est sans aucun doute le joyau du parc mais comme pour les Jim Jim Falls, il est difficile d’y accéder sans 4×4 ou hors de la saison sèche. Renseignez-vous à Jabiru si un onéreux vol en hélicoptère vous tente.

    TARIFS           85/100   

Pour entrer dans le parc, un permis vous sera demandé. Ce dernier peut être acheté dans certains hôtels du parc. Le centre des visiteurs de Bowali à côté de Jabiru vous en vendra également. Le tarif fixe de 25$ par personne, excepté pour les enfants de moins de 16 ans, permet de séjourner dans le parc 14 jours consécutifs. L’ensemble des revenus servant à la conservation du parc et à l’entretien des différents services, il s’agit d’un prix tout à fait correct à payer.

    HÉBERGEMENT           55/100   

Pour séjourner dans les parcs nationaux, la seule option est le camping. Quoi de plus normal quand le but même de ces parcs  est de préserver la nature. Pour trouver des hébergements plus confortables, vous devrez faire halte à Katherine.

Hébergement petit budget : 

L’ensemble des campings proposés sur notre carte interactive et sur les cartes officielles des parc nationaux sont indéniablement les hébergements les moins chers du Kakadu National Park. Notre préférence va au camping de Mardugal proche de Cooinda dans la région de Yellow Water. Les tarifs sont généralement inférieurs à 10$ par nuit et par personne pour un accès à des sanitaires et un espace cuisine.

Hébergement rapport qualité prix : www.auroraresorts.com.au – Aurora Kakadu Hotel

Cette gamme d’hébergement est relativement pauvre et les prix sont souvent assez élevés en saison sèche. Cet hôtel avec sa piscine et son restaurant fournissent un agréable service en plein cœur du Kakadu National Park. Malheureusement, pas vraiment d’hébergements haut de gamme dans le Kakadu National Park qui méritent d’être signalés.

    FRÉQUENTATION           55/100   

Peut-être le seul problème du parc, sa popularité attire tous les ans près de 200 000 visiteurs durant la saison sèche entre Avril et Octobre. Loin de records d’affluence de nombreux autres sites dans le monde entier, disons que par rapport à sa localisation et à l’affluence touristique générale de l’Australie, vous ne serez sûrement pas les seuls visiteurs. Comme souvent, l’affluence est justifiée car le site offre une expérience unique dans un cadre somptueux.

Meilleure saison :

La région subit deux saisons distinctes. La saison sèche aussi appelée « The Dry » commence fin Avril et dure jusqu’à la mi-Octobre. Le reste de l’année est occupé par « The Wet », la saison humide qui voit tomber des précipitations importantes transformant le paysage en un paradis verdoyant mais inaccessible.

    AUTHENTICITÉ           80/100   

Indéniablement un des sites les plus incroyables d’Australie, le Kakadu National Park est un écrin de nature comme il en existe peu dans le pays. Ajoutez à cela un grand panel de paysages uniques ainsi qu’une faune et une flore extrêmement variées et vous aurez une idée de ce qui attend le visiteur. Rajoutez encore une histoire humaine vieille de 40 000 ans ayant donné naissance aux plus beaux sites d’art aborigène du pays et vous conviendrez que le détour est largement mérité.

ITINÉRAIRE

QUE FAIRE AUX ALENTOURS

Kakadu National Park : Berceau du monde
Fort de sa nature sauvage intemporelle et d'une occupation humaine vieille de 40 000 ans, le Kakadu National Park est un des lieux les plus marquants d'Australie. Même si explorer le parc n'est pas toujours évident sans véhicule individuel, il serait dommage de passer à côté d'une si belle invitation à l'aventure.
Accessibilité60%
Activités90%
Tarifs85%
Hébergement55%
Fréquentation55%
Authenticité80%
POUR
  • Baignade avec vue
  • L'art aborigène
  • La nature sauvage
CONTRE
  • Le risque crocodile
  • Les moustiques
  • Le taux d'humidité
71%Note Finale
Note des lecteurs: (1 Vote)
63%

2 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

CommentLuv badge