Situées aux portes de l’Outback, les Flinders Ranges sont le prémice d’un des plus grands déserts du monde. Pourquoi ne pas succomber à l’appel de la nature sauvage et des interminables pistes sinueuses ?

CARTE DES LIEUX

SOMMAIRE

CARNET DE VOYAGE
SEULS AVEC LE BRUIT DU MOTEUR

BON À SAVOIR
LE PREMIER TOUR DU CONTINENT

INFORMATIONS PRATIQUES
ACCESSIBILITÉ
ACTIVITÉS
TARIFS
HÉBERGEMENT
FRÉQUENTATION
AUTHENTICITÉ

ITINÉRAIRE
QUE FAIRE AUX ALENTOURS

CARNET DE VOYAGE

    SEULS AVEC LE BRUIT DU MOTEUR   

Première étape sur notre longue traversée du désert entre Adélaïde et Darwin, les Flinders Ranges se dessinent déjà à l’horizon. A peine les interminables côtes australiennes laissées derrière, l’appel du désert se fait sentir comme un changement longtemps attendu. La route vers le nord bifurque au niveau de Port Augusta pour s’enfoncer irrémédiablement dans le bush. Rapidement, les premiers contreforts de la plus longue chaîne rocheuse d’Australie méridionale font leur apparition. Durant des kilomètres, les plis de la roche arborée de végétation semi-aride rythment notre parcours. Au loin, un point haut nous attire comme une flamme dans la nuit.

« Marcher sur la crête du plateau, c’est se tenir en équilibre entre une plaine aride étouffante et un jardin naturel rafraichissant. »

Le « Saint Mary Peak », sommet haut de 1 170 mètres, domine le reste du parc et offre des vues alentours spectaculaires. Pourtant ce n’est pas la vue sur l’extérieur qui marque les esprits. Celle-ci est visible tout au long de la rude montée et n’offre guère de surprise une fois en haut. En revanche, la vue sur l’intérieur du plateau est bien plus sensationnelle. Cette immense cuvette d’altitude permet à la végétation de prospérer bien plus abondamment que dans le reste du parc. Marcher sur la crête du plateau s’apparente donc à se tenir en équilibre entre deux mondes : d’un côté une plaine aride et étouffante, de l’autre un jardin naturel rafraichissant.

« En toile de fond, l’interminable chaîne des Flinders Ranges nous observait passer les vitesses avec de plus en plus de rythme. »

Continuant notre route vers l’intérieur du parc, nous fûmes pris d’une envie de liberté qu’un embranchement donnant sur une piste en terre allait assouvir plus que de raison. La boîte manuelle de notre Toyota Delica 4×4 répondant au quart de tour, c’est dans une gerbe de poussière infinie que les virages s’enchaînaient à vive allure. Le paysage presque désertique laissait la part belle à une large piste en terre sinueuse et vallonnée. En toile de fond, l’interminable chaîne des Flinders Ranges nous observait passer les vitesses avec de plus en plus de rythme. Sans être particulièrement férus de sports mécaniques, forcés d’admettre que la sensation des pneus glissants sur la terre nous a laissé un souvenir impérissable! Presque autant que les 25 kilomètres de marche forcée qui suivirent après avoir crevé au milieu de nulle part. Moralité : emportez toujours une roue de secours.

BON À SAVOIR

    LE PREMIER TOUR DU CONTINENT   

Si aujourd’hui prendre un véhicule et partir faire le tour de l’Australie est quelque chose de courant, il a existé une époque où il n’était même pas certain que cela soit possible. Le navigateur anglais et cartographe de renom, Matthew Flinders est un des premiers à avoir visité la région en 1802 durant une expédition qui restera gravée dans les mémoires. Entre 1801 et 1810, le célèbre marin réalisa le premier tour du pays à la voile certifiant ainsi qu’il s’agissait bien d’une île continent.

« Entre 1801 et 1810, le célèbre marin réalisa le premier tour de l’Australie à la voile certifiant ainsi qu’il s’agissait bien d’une île continent. »

En l’honneur de son interminable voyage, les non moins interminables Flinders Ranges furent baptisées en son nom. Pourtant, sur le chemin du retour, Matthew Flinders fut emprisonné durant 6 ans par le gouverneur français de l’actuelle île Maurice. Pendant son incarcération qui dura jusqu’à la fin de la guerre, il prit le temps d’écrire ses mémoires et de suggérer un nom pour ce nouveau continent austral : « Australia ».

INFORMATIONS PRATIQUES

    ACCESSIBILITÉ           50/100   

Les Flinders Ranges ne sont accessibles que par la route et par un véhicule individuel ou un tour organisé. Si vous souhaitez partir en voyage groupé, nous vous recommandons de le faire depuis Port Augusta pour de meilleurs tarifs. Cette petite ville est accessible par bus et par avion depuis Adélaïde mais les services ne sont pas très fréquents. Bien sûr, des circuits partent également d’Adélaïde et vous proposeront sûrement plus de variété. Le meilleur moyen d’explorer le parc reste néanmoins le véhicule individuel. Situées à 450 kilomètres d’Adélaïde et seulement 150 kilomètres de Port Augusta, les Flinders Ranges sont relativement faciles à atteindre en comparaison à d’autres destinations plus en avant dans le désert.

Afin d’explorer le parc pleinement, il sera toutefois nécessaire d’emprunter des pistes en terre. Leur état pouvant varier en fonction des conditions météorologiques, nous vous recommandons de vous renseigner préalablement auprès du centre d’information. Enfin, un véhicule fiable et du matériel de secours sont fortement conseillés, nous recommandons principalement un cric, une roue de secours, des plaques de désensablement et éventuellement un téléphone satellite. Bien équipé, les Flinders Ranges offrent des possibilités d’aventure tout bonnement passionnantes.

    ACTIVITÉS            45/100   

Les principales activités accessibles dans les Flinders Ranges sont la randonnée, le camping et la ballade en véhicule. L’étendue des paysages et la qualité des pistes permettent de profiter pleinement d’un séjour de quelques nuits. Parmi l’ensemble des possibilités offertes par le parc, nous avons sélectionné les plus mémorables  mais vous trouverez ci-dessous le lien pour télécharger la brochure complète du parc national.

Routes, randonnées et camping : Carte du parc national (Anglais)

L’ensemble des marches existantes dans le parc national des Flinders Ranges sont regroupées dans la carte officielle du site. Le nombre de marche que vous pourrez réaliser dépend avant tout du temps que vous avez prévu de passer dans le parc.

Saint Mary peak Walk :

Si vous ne devez réaliser qu’une seule marche à travers le parc, nous vous encourageons à entreprendre celle-ci qui offre les plus belles vues sur le parc. Depuis la crête du plateau de Wilpena, vous pourrez admirer le paysage alentour et le bassin d’altitude empli de végétation. La marche est tout de même longue de 10 kilomètres et la montée est rude. Prévoir suffisamment d’eau et de bonnes chaussures est indispensable.

Sacred Canyon : 

Même si le canyon n’est pas d’un intérêt bouleversant, se rendre jusqu’au site permet de prendre du recul sur le plateau de Wilpena qui s’avère particulièrement magnifique aux premières lueurs du jour. Sous les rayons rasants, les collines bordant le plateau se parent d’ombre et de lumière en mettant en valeur la ligne segmentée de la grande formation rocheuse.

    TARIFS           75/100   

Un permis pour entrer dans le parc national des Flinders Ranges coûte une dizaine de dollars par véhicule et cela quelle que soit la durée du séjour. Comme souvent en Australie, les parc nationaux sont très accessibles malgré leur entretien irréprochable et les nombreux services proposés aux randonneurs. Vous ne regretterez pas le faible investissement nécessaire pour entrer dans celui-ci.

    HÉBERGEMENT           40/100   

De nombreuses opportunités d’hébergement existent autour du parc mais elles ne sont pas particulièrement pratiques car situées à l’extérieur de ce dernier. L’emplacement de camping à l’intérieur coûte une quinzaine de dollars par nuit et par véhicule. Ce mode d’hébergement se prête particulièrement bien à la découverte d’un parc national aussi vaste. En revanche, ne vous attendez pas à trouver l’eau courante dans les espaces de camping mais des toilettes sèches et des poubelles publiques. En fonction de la saison, les feux peuvent être autorisés ou interdits. Prévoyez le camping-gaz si vous comptez visiter le parc en été. La liste des emplacements et leur position exacte sont indiqués sur la carte du parc en téléchargement ci-dessus.

Hébergements : www.frabs.com.au – Flinders Ranges Accomodation (Anglais)

La liste des hébergements proposés par la « Flinders Ranges Accommodation Booking Service » peut être complétée par celle du centre d’information des visiteurs et les options sont relativement variées. La contrepartie est l’augmentation des distances à réaliser pour entrer et sortir du parc. Pensez bien que les frais d’entrée correspondent à un seul séjour à l’intérieur du parc et que toute sortie est considérée comme définitive.

 

    FRÉQUENTATION           65/100   

Le parc devient relativement populaire auprès des touristes australiens, ce qui peut s’avérer une bonne chose si vous souhaitez les rencontrer. La saison dite haute se déroule durant les vacances d’hiver et c’est à ce moment-là de l’année que vous risquez d’avoir le plus de problèmes pour louer un hébergement autre que le camping.

Meilleure saison :

En été, la région peut être d’une chaleur écrasante. Pour l’hémisphère sud, les mois les plus chauds s’étendent de Novembre à Mars. Visiter le parc est bien plus supportable entre Avril et Juillet qu’en plein mois de Janvier. Entre Août et Octobre, les températures restes tolérables mais les mouches peuvent être vraiment agaçantes. En toute saison, prévoyez un filet sur un couvre-chef pour vous protéger le visage.

    AUTHENTICITÉ           80/100   

Pour une introduction au désert, le parc national des Flinders Ranges est particulièrement adéquat. La faible affluence et les espaces interminables font du site une véritable cure de nature sauvage. De plus, la visite est possible sans envisager de détour colossal si vous prévoyez d’être dans la région d’Adélaïde. Pousser jusqu’à Coober Pedy et la Breakaways Reserve sera certainement encore plus intense mais les trajets seront d’autant plus longs. Commencez par sillonner les routes de terre des Flinders Ranges et voyez si l’appel du désert prend prise sur vous.

ITINÉRAIRE

    QUE FAIRE AUX ALENTOURS   

Flinders Ranges : Voyage au bout de la piste
Pour qui souhaite apprécier l'Outback depuis Adélaïde sans avoir à traverser le grand désert rouge, les Flinders Ranges sont le compromis le plus intéressant. Si vous envisagez la traversée, n'hésitez pas à passer une nuit dans le parc pour profiter de la superbe piste en terre vallonnée et des paysages de nature semi-aride tout bonnement somptueux.
Accessibilité50%
Activités45%
Tarifs75%
Hébergement40%
Fréquentation65%
Authenticité80%
POUR
  • La piste en terre
  • Le tarif correct
  • La fréquentation réduite
CONTRE
  • Crever en plein désert
  • La chaleur étouffante
  • Les mouches
59%Note Finale
Note des lecteurs: (0 Votes)
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

CommentLuv badge