Visibles depuis Uluru, les Kata Tjuta sont aussi incontournables que le grand rocher lui-même. Moins fréquentés mais peut-être plus passionnantes encore, quel est le secret de ces crânes de pierre ?

CARTE DES LIEUX

SOMMAIRE

CARNET DE VOYAGE
UNE CHORÉGRAPHIE IMMOBILE

BON À SAVOIR
RENDRE JUSTICE EN CES LIEUX

INFORMATIONS PRATIQUES
ACCESSIBILITÉ
ACTIVITÉS
TARIFS
HÉBERGEMENT
FRÉQUENTATION
AUTHENTICITÉ

ITINÉRAIRE
QUE FAIRE AUX ALENTOURS

CARNET DE VOYAGE

    UNE CHORÉGRAPHIE IMMOBILE   

Assis à l’ombre d’Uluru, la ligne d’horizon nous semble d’une monotonie sans fin. Comme si la masse de grès rouge dans notre dos écrasait le paysage pour n’en laisser qu’une plaine morne et plate. Pourtant, un relief unique vient rythmer cette étendue de terre aride. Les Kata Tjuta, collines aux formes arrondies presque surnaturelles, composent une symphonie de pierre dans l’Ouest lointain. Puis, sur la route sinueuse qui mène au site, les têtes de pierre semblent danser avec le paysage, offrant une chorégraphie différente à chaque étape de notre avancée.

« Les vallées, issues des espaces libres entre ces têtes de pierre, se prêtent naturellement à l’exploration et à la découverte. »

À la différence du monolithe de grès rouge, les Kata Tjuta sont formées d’une multitude de dômes imbriqués les uns aux autres de manière aussi imprévisible qu’harmonieuse. Les vallées, issues des espaces libres entre ces têtes de pierre, se prêtent naturellement à l’exploration et à la découverte. Chaque détour propose une composition différente, chaque angle de vue laisse les montagnes découper le ciel selon un tracé unique, chaque enclave offre à la nature une possibilité nouvelle de faire subsister la vie.

« En haut de ses marches de grès, un cirque de pierre abrite un bassin de verdure presque luxuriante où le temps sait se faire oublier. »

La rude montée à travers la vallée des vents, réalisée d’une traite, a été haletante mais c’est la vue depuis le sommet de la gorge qui nous a définitivement coupé le souffle. Prendre de la hauteur au milieu de cette plaine horizontale offre un regard unique sur le paysage alentour. Soudainement nous n’étions plus dans le bush australien mais dans une oasis surplombant le désert, une brise fraiche courant dans l’air. En haut de ses marches de grès, un cirque de pierre abrite un bassin de verdure presque luxuriante où le temps sait se faire oublier. Mais les derniers rayons du soleil nous poussant à partir, nous empruntons à regret le chemin du retour. Pourtant les Kata Tjuta ne sont pas disposées à nous laisser partir sans un adieu flamboyant. Sublimées par les derniers rayons du soleil, les dômes de pierre ocre se font l’écrin d’une pleine lune montante, une perle sertie sur la montagne pour nous souhaiter bonne route.

BON À SAVOIR

    RENDRE JUSTICE EN CES LIEUX   

Pour diverses raisons déjà largement évoquées dans la description d’Uluru, les Kata Tjuta sont sacrées pour le peuple « Anangu » (aborigène). Leur capacité commune à retenir l’eau dans les sols et l’ombre offerte par leurs reliefs sont sûrement les causes les plus compréhensible de leur importance. Mais la proximité de ces deux sites implique également un lien culturel qui se traduit ici par une utilité sociale. Si Uluru est considéré par les Anangus comme le théâtre de l’affrontement majeur du dieu serpent, les 36 dômes des Kata Tjuta seraient le site de son repos après la bataille. Le grand « Wanambi » demeurerai, depuis lors, juché au sommet du plus haut dôme de la plaine pour observer le monde. Ne descendant que durant les sècheresses les plus intenses, le serpent arc-en-ciel préserve son impartialité en demeurant éloigné des hommes.

« Si Uluru est considéré par les Anangus comme le théâtre de l’affrontement du dieu serpent, les Kata Tjuta seraient le site de son repos après la bataille. »

Nombre de cérémonies ont encore lieu aux pieds des Kata Tjuta et l’ascension des dômes des grès n’est pas respectueuse de la culture aborigène. Particulièrement discret sur le rôle de ce site naturel au sein dans leurs traditions, le peuple Anangu semble considérer la vallée des têtes de pierres comme un lieu destiné à rendre la justice. Malgré ces quelques informations, le mystère autour du rôle mystique de ces vallées demeure entier. Signifiant littéralement « nombreuses têtes », le nom du site est parfois vu comme un indice transformant chaque dôme en un sage pétrifié offrant conseil et discernement.

INFORMATIONS PRATIQUES

    ACCESSIBILITÉ            40/100   

Le parc national d’Uluru – Kata Tjuta est un des lieux les plus reculés de la planète. Néanmoins il est possible de s’y rendre de plusieurs manières décrites dans l’article sur Uluru. Quel que soit celle que vous choisissiez pour vous rendre dans la région, l’accès au parc se fait depuis la frontière nord et le village touristique de Yulara, éloigné des Kata Tjuta de 53 km. A l’intérieur du parc, il est indispensable d’avoir son propre véhicule, d’en louer un ou de passer par une agence de voyage pour explorer le site.

    ACTIVITÉS            75/100   

Tous les moyens sont bons pour découvrir le parc national d’Uluru – Kata Tjuta, depuis la visite à dos de dromadaire jusqu’à la ballade cheveux aux vents en Harley Davidson. Certaines activités sont pourtant plus en phase que d’autres avec l’ambiance du lieu et la culture qui y est rattachée. Globalement, les activités les plus simples sont aussi les plus authentiques et permettent d’apprécier au mieux l’atmosphère incroyable du site.

Coucher et lever du soleil : Carte des stationnements

Comme Uluru, la surface des Kata Tjuta change continuellement de couleur en fonction de l’exposition, des conditions météorologiques et de l’heure de la journée. Ce phénomène est particulièrement marqué à l’aube et au crépuscule où les rayons de soleil rasant n’éclairent plus le bush mais font flamboyer le grès rouge. Des espaces dédiés à l’observation du lever ou du coucher du soleil ont été aménagés sur la route de part et d’autre des dômes de pierre. La dune servant de point du vue pour le lever du soleil offre une vue d’ensemble intéressante à toute heure de la journée mais demande une courte marche.

Randonnées : Carte des sentiers

Marcher entre les formations rocheuses des Kata Tjuta est un enchantement toujours renouvelé. La multitude des points de vue le long des rares circuits de randonnée est impressionnante. Si bien que nous encourageons les marcheurs à se retourner fréquemment pour apprécier au mieux la ballade. Le faible nombre de sentiers est d’ailleurs à regretter tant marcher entre les dômes de grès est plaisant. Plus généralement, méfiez vous des heures chaudes de la journée et prévoyez suffisamment d’eau. Enfin, le port de chaussures fermées et d’un pantalon couvrant les chevilles est une manière simple de se prémunir des morsures de serpent. Les postes de secours et les points d’eau sont indiqués sur la carte des sentiers.

  • VALLEY OF THE WINDS WALK : Cette boucle de 7,4 km de long est incontournable si vous vous en sentez capable. Difficile par endroits, elle ne demande pas un effort insurmontable mais restera fatigante durant les heures chaudes. Si vous ne pensez pas faire la marche en entier, partez directement vers le sud et le point de vue haut sur la gorge avant de faire demi-tour.
  • WALPA GORGE WALK : Ce sentier aller-retour long de 2,6 kilomètre traverse une gorge de pierre de plus en plus étroite finissant en cul de sac. La marche est agréable mais ne devrait pas être privilégiée si vous ne souhaitez pas marcher outre-mesure.

    TARIFS            80/100   

Le billet d’entrée pour l’Uluru – Kata Tjuta national park affiche un tarif de quelques dizaines de dollars seulement et reste valable trois jours. Pour accéder aux Kata Tjuta, cela reste très raisonnable. Au sein du parc, vous visiterez également Uluru aussi connu sous le nom d’Ayers Rock et qui reste un des emblèmes les plus connus d’Australie. La billetterie située à l’entrée du parc sur la route entre Yulara et Uluru est ouverte 30 minutes avant le lever du soleil ce qui vous laisse le temps de vous rendre sur l’aire d’observation avant le début du spectacle.

    HÉBERGEMENT            55/100   

Les seules véritables options d’hébergement se situent à Yulara mais l’offre garde quand même un semblant de diversité. Tous les budgets trouveront leur bonheur depuis le camping à quelques dizaines de dollars jusqu’à l’hôtel de luxe en coûtant plusieurs centaines.  Néanmoins, l’ensemble des possibilités d’hébergement est géré par l’Ayers Rock Resort. Les prix sont certes relativement élevés pour la moyenne nationale mais c’est compréhensible compte tenu de l’isolement des infrastructures. Avoir une chambre peut certes s’avérer agréable pour se détendre après le trajet mais n’oubliez pas que vous serez sûrement dans le parc du lever au coucher du soleil.

Pour des hôtels : www.ayersrockresort.com.au – Ayer Rock Resort (Anglais)

Pour un camping : www.ayersrockresort.com.au/arrcamp – Ayers Rock Resort Campground (Anglais)

    FRÉQUENTATION            80/100   

Les Kata Tjuta sont bien moins réputées qu’Uluru et sont donc moins fréquentées notamment par les tours organisés. Pourtant, le site et suffisamment unique pour être vraiment intéressant et mériter à lui seul la visite. Le village touristique de Yulara propose un maximum de 5000 lits d’hébergement et ne fait le plein que durant les vacances scolaires. Si vous êtes flexibles sur les dates de votre visite, évitez ces dernières pour une meilleure immersion. Dans le cas contraire, n’hésitez pas à réserver même pour une place de camping.

Meilleure saison :

Située au centre de l’Australie, la région des Kata Tjuta peut être d’une chaleur écrasante en été. Pour l’hémisphère sud, les mois les plus chaud s’étendent de Novembre à Mars. Visiter le rocher est bien plus supportable entre Avril et Juillet qu’en plein mois de Janvier, surtout si vous souhaitez randonner. Ne vous inquiétez pas, même en hiver les journées sont très agréables même si les nuits peuvent être fraîches. Entre Aout et Octobre, les températures restent tolérables mais les mouches peuvent être vraiment agaçantes. En toute saison, prévoyez un filet sur un couvre chef pour vous protéger le visage.

    AUTHENTICITÉ            90/100   

Spirituelles et envoutantes, les Kata Tjuta se prêtent parfaitement à l’aventure et à la découverte. Toujours en mouvement pour qui ne reste pas immobile, les têtes de grès ocre semblent saluer le visiteur qui veut bien leur prêter vie. Méconnue du grand public et bien moins fréquentée qu’Uluru, la vallée des têtes de pierre est pour nous incontournable. Emprunter la longue route du désert jusqu’au grand rocher rouge et omettre de se rendre sur ce site reviendrait, à nos yeux, à se priver d’une expérience majeure.

ITINÉRAIRE

    QUE FAIRE AUX ALENTOURS   

Mots clés utilisés pour trouver cet article :

  • kata tjuta
Kata Tjuta : Vallée des têtes dansantes
Incontournables si vous vous rendez déjà jusqu'à Uluru, les Kata Tjuta offrent des circuits de randonnée extraordinaires. Même si leur nombre réduit est a déplorer, nous vous encourageons à profiter de ce lieu magique qui reste toujours moins fréquenté.
Accessibilité40%
Activités75%
Tarifs80%
Hébergement55%
Fréquentation80%
Authenticité90%
POUR
  • L'atmosphère du site
  • Le tarif raisonnable
  • La fréquentation réduite
CONTRE
  • Peu de circuits pédestres
  • L'aspect culturel limité
  • L'éloignement du site
70%Note Finale
Note des lecteurs: (0 Votes)
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

CommentLuv badge